• Laure

Produire son album de rap : les aides pour financer son projet

Mis à jour : févr. 1




Album de rap indé : comment le produire soi-même ?


Difficile de trouver un label de nos jours en particulier lorsque l'on est de la veine boom bap! Entre l'enregistrement en studio, le mastering, le pressage et la promo, il faut compter un budget entre 2500 et 4000 euros si on veut faire les choses bien. Quelles sont les moyens et aides existantes pour parvenir à la sortie de son projet ?


Sortir son album de rap indé grâce à l'aide aux projets de la SACEM


Avant de pouvoir mobiliser une telle aide, le rappeur qui souhaite auto-produire son projet doit s'acquitter des formalités administratives auprès de la SACEM. Autrement dit, il faudra d'abord s'inscrire en tant qu'adhérent, attendre que son dossier passe en commission et valide sa qualité d'artiste membre de la SACEM. Deuxième étape, l'artiste-entrepreneur doit faire les démarches de déclaration Oeuvre par Oeuvre et en cas de projet de CD physique, faire la demande de reproduction auprès de la SRDM (oui, oui, même s'il s'agit de reproduire vos propres créations, il vous faut une autorisation !). Une fois ces éléments réglés, il faudra ensuite se lancer et faire l'avance de trésorerie, car les demandes d'aides aux projets de la SACEM ne se font qu'une fois que le projet est déjà bien lancé. C'est donc à la fin du process d'autoproduction de son nouvel album que le rappeur pourra remplir son dossier de demande d'aide qui intègre une présentation de l'album, une biographie de l'artiste, et l'envoie du CD par voie postal. La SACEM est également attentive à la stratégie marketing de l'artiste. Le temps d'attente est un peu long, car les dossiers sont examinés en comités avant d'obtenir (ou non) la subvention. De notre expérience, il faut compter environ 3 mois de délais.


Financer son projet musical par les précommandes via une plateforme de crowdfunding


Ulule, Kisskissbank, les plateformes pour mener sa campagne participative sont diverses. Elles vous permettent, notamment, de trouver la trésorerie nécessaire au développement de votre projet musical en misant sur les précommandes. Vous devrez atteindre le seuil que vous vous êtes fixé avant de débloquer votre compte. Je pense que pour un projet d'album indépendant, on peut viser 1000 euros de précommandes ce qui permet de financer l'enregistrement en studio. Ces plateformes vous demandent des contreparties en échange du don pour le développement de votre projet. N'hésitez pas à varier les contreparties, en y ajoutant du merchandising, par exemple des coffrets comme celui-ci.


Décrocher un contrat de licence avec un label de rap


Vous avez auto-produit votre projet, il faut ensuite le commercialiser. C'est à ce moment là qu'intervient le contrat de licence entre le producteur phonographique, dans notre cas l'artiste, et une société qui a les moyens de promouvoir et de distribuer l'album. En gros, l'artiste reste propriétaire de l'album mais loue le droit de commercialisation et d'exploitation du projet. Cela permet de trouver les moyens nécessaires pour se faire connaître et pour bénéficier de réseaux de distribution déjà établis.


Presser vos vinyles hip-hop grâce l'offre de pressage à la demande de Bandcamp


Le coût du pressage de vinyle est exorbitant. Lorsqu'on est issu de la veine oldschool, ce format nous tient généralement à cœur, mais vu les prix et les quantités minimum, c'est un sacré pari. Et ce d'autant plus que ce sont davantage les amateurs de rock que les amateurs de rap qui achètent du vinyle aujourd'hui. Bref, si vous êtes non seulement indépendant mais aussi émergent, cela semble un investissement assez risqué. Bandcamp permet à certains artistes de réaliser un pressage à la demande de vinyle ce qui peut être franchement une très bonne solution pour les artistes indépendants qui aiment ce format. La plateforme a annoncé en janvier qu'elle souhaitait ouvrir cette solution à 10 000 artistes indé! A suivre ...


Le retour d'expérience de Diego, producteur de son album de rap indé


Diego, artiste rap qui propose des sons de la veine oldschool, a entièrement auto-produit son album qui s'intitule COMME A l'EPOQUE . Etant beatmaker, auteur, et rappeur, et ayant un home studio, les aspects artistiques du développement de projet n'ont posé aucun problème. Il fallait simplement à ce niveau là, passer en studio pour avoir un enregistrement et un mastering de top qualité. En revanche, il faut ajouter à cela tout une autre partie créative pour réaliser ses clips sans trop de moyens tout en restant sur un rendu pro, élaborer ses visuels, logos, cover , mais aussi les capsules vidéos à destination des réseaux sociaux. Bref, il faut quand même avoir des compétences créatives multiples pour faire avancer seul son projet. Le dernier aspect, plus compliqué, est le volet administratif dont on vous parle plus haut dans l'article : SRDM, pressage, SACEM... il faut quand même s'accrocher pour mener les choses dans les règles tout en étant indé.

N’hésitez pas à écouter cet album sur bandcamp ou sur les plateformes de téléchargement.



A la prochaine :-)

Laure

PS : pour s'inscrire à la newsletter et avoir accès à plus de contenus autour de l'univers Rap Indé de AWE prod et Diego, c'est par ici